Cardiologie et hémodynamique

Comment étudier la fonction systolique du VG . 2/ Le Simpson ? la pire des méthodes !

S’il y a bien une méthode échographique dans l’estimation de la fonction systolique du VG aux urgences qu’il faut oublier , c’est bien celle ci !

Peut être  pour les cardiologues au calme dans leurs laboratoires d’échocardio , mais  NON en SAUV ou en Réa !

Le principe ? Il est très fastidieux

1 / brancher l ECG

2/ Obtenir la télédiastole

3/ Tracer le contour du VG

4/ A partir du diamètre basal , tracer une médiatrice longitudinale du milieu du segment basal jusqu’à la pointe

5/ la machine va empiler des disques et estimer un volume télédiastolique

simpson-diastole

 

6 / recommencer la manip en obtenant le télésystole grâce au trackball

simpson-systole

La machine va extrapoler les diamètres en volume et par la méthode (VTD VG – VTS VG) / VTD VG va vous sortir une FE .

Ca à l’air classe comme ça , mais en fait, chez un malade critique , c’est très difficile voire infaisable , et même réalisé chez des cardiologues entrainés , il y a une énorme variabilité inter opérateur , et surtout chez un même opérateur ,  il y a de grandes disparités . Donc , urgentistes , oubliez  !  On en parle car c’est censé être la méthode de référence , mais surement pas aux urgences !

Si vous doutez , lisez cet article paru dans Critical Care : c’est la PIRE des mesures pour estimer la fonction systolique !

Les auteurs ont comparé les différentes méthodes (que nous allons toutes voir , c’est promis )  , et le Simpson a les plus mauvais résultats en terme de reproductibilité inter et intra opérateur .

assessing-left-ventricular-systolic-function-in-shock

conclusion-s-reproductibilite-simpson

 

Pour lire l’article dans sa globalité

assessing-left-ventricular-systolic-function-in-shock

Heureusement , il y a des alternatives :

 

Merci au Dr L. Muller de NIMES (séminaire Winfocus 2016 de Marseille)

 

 

 

3 réponses »

  1. Ce qui a été évalué est le Simpson biplan qui est encore plus difficile à faire que le simpson simple plan que tu décrits ici. Le simple plan est parfois facile à faire et couple au Techolz permet d’appréhender la cinétique globale. En pratique une appreciatoin visuelle sémi quantitative de la FEVG en coupe apicale 4 cavité est suffisante et la variation de l’itv sous aortique sont utiles au raisonnement. Il est iresponsable de choisir délibérément de se passer d’informations parfois facile à recueillir et fiables dans certaines situations et chez certains patients. C’est comme si on se contentait d’une seule coupe par ce qu’elle n’est pas toujours facile à obtenir. De ma petite expérience centrée uniquement sur la cardiologie d’urgence il m’apparaît que plus nous connaissons de méthodes tout en étant conscient de leurs conditions de fiabilité plus nous avons de chance de nous rattraper chez les patients ayant de mauvaises fenêtre échographiques.

    J'aime

    • MAPSE , doppler tissulaire , EPPS bien meilleurs ..
      Simpson peu reproductible , c’est pas moi qui le dit !
      ça concerne les malades graves … ceux qu’on peut pas mettre en décubitus latéral gauche …
      la plupart du temps , je suis d accord , ils sont pas graves au SAU !
      Mais les technique citées plus haut son bien plus reproductibles en inters et intra opérateurs

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s